Introduction

INTRODUCTION

 

DROITS D'AUTEUR ?  CONNAÎS PAS.

 

● Mes photos HD sont libres de droits, vous pouvez donc les télécharger pour faire des tirages sur papier. Quelques 3000 sont publiées sur divers réseaux sociaux. Voir les liens sur: http://rouby.e-monsite.com. (Pour enregistrer celles publiées sur Facebook: cliquez ☞| Photos ☞Téléchargements mobile. Puis cliquez sur la photo de votre choix et ☞ Enregistrer l'image.

Quiconque, ami ou pas -ma page Facebook étant Pubic- peut télécharger ces photos, toutes personnelles : https://www.facebook.com/profile.php?id=100009518839484

Il en va de même pour toutes mes autres photos et vidéos publiées sur Google plus* : cliquez sur l'image puis sur Télécharger :

http ://plus.google.com/u/2/+JacquesRoubyJR

https://plus.google.com/u/1/+JacquesRouby46

https://plus.google.com/u/0/103030582545663747585

                          

 

■ Vente de mes œuvres peintes (cartons sculptés). Collection privée. ☞ 

https://www.artsper.com/fr/artistes-contemporains/france/6654/jacques-rouby

Fond de la Galerie La Ralentie. Donnation 2016.

▪▪▪▪▪▪▪                          

 

☆ BIOGRAPHIE ☆ 

 

Parcours en demi-teinte 

 

Si j'exepte quelques ventes à très très bas prix -il y a déjà quelques décennies- (exception faite de de Mr J. P. qui me paya cach 400 francs un carton sculpté et teint -160x100-),  j'ai toujours offert mes œuvres à des amis, connaissances, associations culturelles et humanitaires dont je n'ai eu qu'à me louer *. Mais j'ai aussi cédé gratuitement de nombreuses pièces à des marchands qui les exposèrent partiellement ou pas du tout et à d'autres personnes oublieuses de leurs promesses.

En 2007 *, mon atelier de 350 m2, local vétuste que je sous-loué (quand même)  5000 € l'an, fut inondé; et quelques centaines d'œuvres sur papier furent détruites Je fus donc forcé de liquider le reste de ma production à court terme, après avoir vainement cherché un autre local pour la stocker, puis m'être adressé -via Internet- à différents "repreneurs" potentiels de celle-ci (le musée de la Création Franche et la galerie Chave d'abord intéressés, gardèrent ensuite le silence.) Quelques autres personnes physiques furent ainsi contactées: marchands, collectionneurs et autres amateurs d'art singulier qui acceptèrent mon offre. En contrepartie, ils s'engagèrent verbalement de lister et photographier les œuvres emportées, et les montrer. Mais après les présentations et amabilités d'usages en arrivant sur le site, ils se livrèrent au pillage, faisant fi de mes récriminations et oubliant toute décence, ne songeant qu'à emporter un maximum de choses dans un minimum de temps. Et je n'entendis évidemment plus parler d'eux -▪.

Ce qui se passait etait tellement spectaculaire que j'ai beaucoup regretté de ne pas avoir eu ce jour là un smarphone pour saisir la scène sur le vif. Je pense que c'est avec délectation que j'aurais filmé celle-ci, autant burlesque que surréaliste. Me faisant du mème coup oublier ma frustration du moment.

▪(Ce fut en fait par le plus pur des hasards, que je retrouvai des traces de quelques unes de mes œuvres sur Internet.*) 

Toutefois, Mr Fred Noiret, -Galerie Eqart, Marciac-(2) qui vint me visiter quelques jours avant le  brigandage, et qui pris les œuvres que je voulu bien lui donner, fut le seul a avoir respecter notre deal et garder contact avec moi.

Mon atelier fut ainsi vidé des trois quart de ma production -laquelle s'échelonnait sur une quarantaine d'années- en moins de deux heures, hormis celles qui furent semées et pietinnées dans le feu de l'action et qui prirent ensuite le chemin de la déchetterie.

 

*Le quart restant de ma production avait était stockée chez mon frère (plusieurs centaines d'œuvres). Mise en dépôt à la Galerie La Ralentie(3) en 2011, des œuvres furent exposées à partir de 2013 par Isabelle Floc'h, sa directrice, laquelle m'a acheté des œuvres majeures et payé mon pourcentage sur les quelques  ventes qu'elle a effectué. En novembre 2016, je lui ai fait don de toutes les œuvres en dépôt dans sa galerie, lesquelles sont maintenant sa propriété exclusive.

L'histoire de mon parcours artistique s'arrêterait là si, en février dernier, Elsa, ma petite cousine de Dreux, n'était passé me voir à Souillac, avec Rose, sa fille. Une enfant éveillée, qui explore mon jardin de fond en comble, et y découvre ce que j'y cachais depuis plusieurs années : une pile de cartons bruts (100×160), mais sculptés, soigneusement emballés par paquets de dix dans du papier kraft. 

J'avais presque oublier l'existence de ces pièces inachevées. C'était mon frère (encore lui) qui les avait si bien emballé et conservé dans son grenier depuis 90, date  correspondant à la seule exposition que nous ayons fait ensemble à Cahors. On avait posé mes cartons en l'état au sol, constituant ainsi un grand tapis blanc au milieu de la salle d'exposition, et accroché ses grandes toiles aux murs. N'ayant ni l'un ni l'autre de véhicule adapté, mon frère avait payé un transporteur de Cahors et remisé les paquets au milieu de son grenier, à cause du risque de gouttières, disait-il. Lequel était aussi son atelier qui, déjà bien garni à l'époque, s'emplit peu à peu de milliers d'œuvres, réduisant d'autant son espace de travail. Par la suite, il fit souvent allusion à mes cartons dans nos conversations, tout en m'assurant qu'il en prenait grand soin, étant toujours à la même place, à l'abri des gouttières. Moi, je pensais à ses toiles, qu'il recouvrait d'une bâche pour les en préserver, aussi avais-je fini par payer un transporteur pour l'en débarrasser, afin d'avoir la conscience tranquille. Je les fis remiser dans le coin le plus reculé de mon jardin, sous un viel appenti. Et je n'y pensais plus, jusqu'à leur découverte par Rose. 

-Qu'est-ce que c'est? me demanda ma cousine.

 Je déchirai le papier kraft du premier paquet. 

-C'est formidable! s'exclama t-elle. 

-Je te les donne, si tu veux les retravailler, lui dis-je alors.

Les retravailler ? C'est évidemment ce qui l'intéressait et, l'embarquement, à destination  d'un squat, (sans électricité) où Elsa,  plasticienne, travaille, se fit très vite, dans son Kangoo, dont elle avait rabattu les sièges arrière.(4)

 

(1)- http://rouby.e-monsite.com 

(2)- http://galerielaralentie-rouby.com

(3)- http://www.eqart.fr/+-rouby-jacques-+.html?lang=fr

(4) Œuvres à quatre mains: https://m.facebook.com/elsa.lhopiteau/albums/1885171591702614/

 

 -http://m.acryom.com/article-1958-ex-peaux.html (Ce petit article, rédigé par Pierre  Souchaud, était paru, avec une photo, dans "Artention".)

(2) -http://www.eqart.fr/+-rouby-jacques-+.html?lang=fr

(3) -http://galerielaralentie.com/jacques-rouby/

*-Association culturelle de l'abbaye de Beaulieu en Rouergue | centre d'art: -

http://art-beaulieu-rouergue.com/

-Association "Une Vie, un Arbre": https://www.google.fr/amp/s/unevieunarbre.wordpress.com/2015/01/28/merci-a-lartiste-jacques-rouby/amp/?client=ms-android-samsung

-Artothèque de Prélissac: https://m.facebook.com/artexpotrelissac/

 

Note: les url ci-dessus sont en lien sur le site : -http://rouby.e-monsite.com 

 

▪▪▪▪▪▪▪

 

 □ Mon travail, non élaboré, et qui s'étale sur plusieurs décennies, n'est pas divisé en périodes distinctes. C'est un chaos en marche, des va et vient continuels du nouveau à l'ancien, entre toutes les expérimentations, inventions techniques, accidents qui s'enrichissent mutuellement. Il n'est pas cloisonné dans le temps mais forme un ensemble de palimpsestes -effacements et réécritures- se mélangeant, fusionnant ou se heurtant parfois entre eux. Ce que Fred Noiret appelle mes “siestes” sont mes dessins, d'abord réalisés au crayon pierre-noire ou au fusain sur papier raisin, puis à l'encre sur des carnets de croquis. Ils alternent avec les cartons sculptés, peintures, sculptures, moulages, installations, et me reposent  -ne pouvant rester sans créer- physiquement et mentalement de ce qui s'apparente à un véritable chantier. J'y laisse sur place, après mon travail, outils et matériaux, tels pinceaux imprégnés de mixtures, paquets de feuilles détrempées de colle à tapisserie et saupoudrées de pigments, regroupant et couvrant le tout d'un “film fraîcheur”. Le lendemain, je ré attaque ainsi un nouveau travail déjà préparé, voire mijoté.

Je varie souvent mes moulages, à partir du même moule, sous le coup d'une inspiration, par exemple en faisant pousser des ailes translucides au corps d'un Christ, le transformant ainsi en papillon (christsalide) ou raie manta.

 

Un dessin inachevé m'intéresse parce-qu'il est semblable à une maison de brique à nu et ses échafaudages, marquant l'histoire de sa construction. Mais celle de sa dégradation et de sa ruine qui garde la mémoire de ses occupants, l'empreinte du drame de la matière qui se joue en plusieurs actes, jusqu'à sa disparition. Transposés dans mon travail, ces “actes” correspondent aux différentes phases de re-dé-composition d'une œuvre et c'est souvent lorsqu'elle est réduite à l'état de trace, son histoire inscrite en filigrane, qu'elle exprime toute sa force.                                  

 

J'ai travaillé sur le port de Collioure  de 84 à 97 parfois, les pieds dans l'eau, “au mouillage”, c'est à dire en trempant mes cartons dans l'eau salée pour en fixer les pigments pour ensuite les laisser sécher et se racornir sur une banquette de schistes brûlants aux couleurs d'argent et de bronze. Là, entre la mer et les remparts du château royal, séparé par une passerelle large de trois pas, venaient souvent me rejoindre deux amis sur le coup de midi, apportant un melon parfumé, pain, jambon et une bonne bouteille que l'on mettait à rafraîchir dans l'eau, calée entre deux rocs. Après le casse-croûte et la rigolade entre copains, chacun se mettait à l'ouvrage. Paul M. peignait les barques Catalanes aux couleurs vives alignées dans le petit port, “ toujours les mêmes et toujours différentes” disait-il; Claude J. reprenait des gouaches sur un carnet de croquis, parfois très petit. 

Les jours de Tramontane ou de forte Marinade personne ne venait. J'avais trouvé un coin abrité des vents dans le jardin du musée, un endroit où j'aimais venir me reposer. D'abord enclos de grands murs derrière lesquels s'alignaient des orangers, s'élevait, devant le musée de style mauresque, un gigantesque eucalyptus à l'arôme puissant, le jardin “Pam” s'étageait sur une pente caillouteuse où se côtoyaient cactus et aloès géants, oliviers,  amandiers et pins, jusqu'à un petit plateau dominant l'ancien village et port de pêche, orné d'une gloriette puis, plus haut, au bout du parc, sous des pins parasols, se dressait la ruine dun antique moulin à huile, entouré dune plate-forme en lauzes, ceinte elle même d'un muret. C'est là que je m'installais pour peindre, mais parfois, j'étais tenter d'aller plus loin car au-delà, le jardin, bien mal défendu par un grand portail de fer éventré, s'ouvrait sur les collines. Un chemin rocailleux traversait une vigne abandonnée, envahie d'un côté par un immense roncier, puis il montait raide entre les cistes, le thym et la lavande sauvage, les ajoncs, les genêts… que surplombait l'imposante masse du fort “Saint-Elme”. Ensuite il longeait la crête d'une colline qui dominait la baie de Collioure et redescendait par un autre versant à Port-Vendre, en serpentant entres les vignes et les bosquets de chênes-lièges, au troncs parfois dépouillés de leurs écorces et dont la couleur rouge-orangé contrastait violemment avec l'environnement. Au détour d'un virage, on avait l'agréable surpise de voir une petite chapelle toute blanche tapie au pied d'un cyprès noir.

 

A Collioure, je me souviens aussi de la belle Nathalie M. toujours précédée de son labrador noir, passant tout les jours sur la passerelle à vélo, devant l'endroit où j'étais installé. Je pouvais me mettre à l'abri, du soleil comme de la pluie, sous un grand figuier qui formait une voûte de verdure opaque. Il avait poussé dans une fente rocheuse du rempart du château.                                   

 

○ Juillet 2015. Je me suis mis à la vidéo, ayant fait l'acquisition d'un iPad coïncidant avec la floraison des herbes sur la Dordogne, au lieu-dit “les Ondines”, à Souillac, sur le chemin favori de mes promenades, lesquelles je faisais par pur désœuvrement. Pourquoi cet herbier merveilleux ondulant dans le courant me fit-il penser au tableau d’ Ophélia de Millais ? Je croyais voir flotter sa chevelure et sa robe parsemées de fleurs blanches, pigmentées de ciels bleus et de petites libellules turquoises, ondoyant dans son linceul de lumière miroitante, immuable et sereine. Depuis ces moments de plaisirs visuels et plus, tels la sensation des herbes s'enroulant autour de mes jambes, le chant des oiseaux, grenouilles et eau courante, je filme et photographie ce que je veux. Les elfes des bois morts aux parures diamantées de toiles d'araignées, les pommes parées des riches couleurs de la pourriture, les feuilles de choux de mon jardin, transparentes de lumière ou finement ciselées par des chenilles dentellières…

 

°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°